Mon roman plein de fautes

« La vie est une connerie « 
On est en 2019 le 20fev
devant mon ordi 
jai peur sans doute de me jeter 
dans mon roman 
qui n’est pas un roman 
oui mais 
comment l’ecrire 
me fautl suivre un mode demploi 
Je perds trop la mémoire 
Je vais faire du coller 
bout a bout 
 Tout ce qui me passe 
par la tete 
reagir 
Faire de la peine aux autres
Et si je faisais de la peine aux autres 
Pour cela 
Un truc 
Un verre de malibou et 
Le jeu de la vérité 
eh OUI 
si on jouait au jeu de la vérité 
Cela fait peur 
Il n’y a que ma maman 
qui n en avait pas peur 
Les autres tous des laches 
Ce sera pas pas un roman a leau de rose 
mais au cognac 
Une histoire 
d’argent d’ego et de gloire 
pas de sexe 
je ne bande plus 
et puis merde 
Qui décide de ce que je pense 
de ce que jecris 
Dans ce   roman 
D’ailleurs  
Pourqui ce roman 
Pour  qu on parle de moi
De ben 
c’est 
du N’importe quoi
du Dire n’importe quoi 
du écrire n’importe quoi
pourquoi pas 
J’avais voulu à Redbull ou Ed Wood
Si ma femme savait parler 
J’aurai pu lui expliquer 
Que Je vais sans doute 
me suicider 
Mais on ne sait jamais 
Faites moi plaisir 
Dites (voius le lecteur ) 
Savez que ben
Ben dans son dernier roman 
Cecui ci 
« La vie est une connerie « 
donne ses clefs 
et  mots de passe 
pour ouvrir son site 
et aller a certins passages chauds 
sur son site 
des passages qu il naurait jamais ose mettre dans  ses newsletter
il y a de tout 
Des histoire de famille de sexe
 de politique internationale 
on decouvre que 
i il est pour le grand isreal 
dan@@@
mais aussi pour une  grande nation arabr unie 
Dans @@@@@@@@
Et que cela se contredit pas 
le coup devoir une sale gueule marche aussi 
jai une sale geule  
la geule dun mec de 83 ans 
vous pouvez verifez
conard 
ceci n’est pas un roman 
mais des  mots alignes 
pour lesquelles 
 je triture mon cerveaux 
Pour les faire sortir 
sur mon mac 
si il n’y avait pas le correcteur automatique
 tout serait illisible 
jen ai rien a foutre de 
ceux qui parlent  de la nature humaine 
je vais leur envoyer mon livre 
pour arrêter 80% des conflits dans le monde 
cela suffit comme cela 
commence 
ami lecteur ou lectrice 
je vais sans doute avoir besoin de vous 
je ne sais plus quoi ecrire 
ou pire 
 avec ce que j’écris  
 je risque d’être inculpé pour 
Incitation au  au suicide
D’ailleurs revenant a gustave 
personnage clef de mon roman 
je vais le pousser au suicide 
je vais le rendre responsable de la mort 
de millions d’innocents
pour cela il vas me falloir apprendre a ecrire  
N’exagérons rien 
Comme tout les imbeciles  
jai beau vous traiter d’imbéciles 
ce dont 
je suis persuades 
que vous êtes 
tout en étant  un de vous 
je marche avec l’espèce humaine
 en bloc la main au front 
vers sa fin 
mon heros marche et pense 
 qu ils sont  con les autres
tous les aurais t 
je suis le plus fort 
mais jai la flemme 
de continuer a écrire 
il me manque un scandale il faudrait 
qu un de mes lecteurs 
me mettent sur son testament 
en echange  je le couche sur mon divan rouge 
et tout cequ il me dira 
passera  dans lmon roman 
attention a  la 
Cyber diffamation 
C’est comme si je tombais  
dans de la confiture 
et que 
Les places boursieres 
Secroulent  
Faux  ils sen sortent toujours 
Qui le dit 
Un riche qui me lit 
On est a la page 15 
Jai du faire beaucouop de fautes dorthogrophe 
les autres dont je suis jaloux 
ils font pas de fautes d’orthographe 
moi oui 
trouve du nouveaiu sinoniul
 tourner a la pas la page 
trop tard 
tant pis 
jecris toujours 
voilà je propose des lieux de 
de dépressions 
pour vous deprimer  exprès 
pour vous préparera a vous suicider 
et hop 
me voilà dans un lit d’hôpital  déclarè 
Rescapé 
cliniquement mort 
 je regarde autour de moi 
une belle infirmière 
j’entends tout 
presque  envie de pouvoir  
sortir du coma pour leur 
dire taiser vous 
et leurs raconter une blague 
dans les romans ole ole 
j’en ai rien a foutre
Ceci dit 
Elle parle de hoelbeclk
Le canadien lui repond 
il faut qu’apres 35 ans ion puisse 
mourir officielement 
et ajoute 
je suis curieux de savoir 
si il y aura la queue ou pas 
de quoi parlent t’ils  
ma paranoia est vérifiable  
jaime bien cette exprsssion 
se jeter a l’eau 
donc je me jette a l’eau 
pour l’euthanasie 
 pas de probleme 
je suis pour 
il suffit dune bonne campagne publicitaire 
comme pour le climat 
bravo ben 
les temps vont changer 
le changement climatique c’est  de la rigolade 
a cote 
le probleme vas etre 
comment le finir 
c’’st simple pas de fin 
pas de suite non plus 
meme pas relire ce que j’ai ecrit 
d’ailleurs 1 je ne sais pas me relire 
oui mais 
le personnage clef de mon roman 
c’est moi 
ben le rate
ben le super lucide 
ben le jaloux des autres écrivains et peintres 
ben celui qui  veut la gloire 
celui qui j’arrive pas a penser autrement 
alors ou vous jetez maintenant ce torchon 
vous dites a votre voisin 
avez vous lu le dernier ben 
non cest quoi un roman 
non 
il faut surtout pas que cela soit 
pas un roman roman il y en as trop
 ni de la poésie il y en as trop 
 ni du documentaire 
avec que  des avis bidon 
et puis non 
si je mettais comme trame
 lhistoire dun menteur 
que des mensonges 
tous  bidon det  faux 
– on ne n’en as rien a foutre 
il n’y a pas d’introspection 
on ne n’en as rien a foutre 
de toute facon c’est
 l’imprimeur
 l’éditeur 
brocanteur 
le marchand de papier a recycler
qui vont  tirer son épingle du jeu    
page 63 et pas de sexe 
jaimerai que mon heroine se devoile completement 
elle existe nue belle prete 
non 
mon héros marche 
a la recherche de 
la poubelle la plus proche de la maison 
Pourquoi faire 
pour jeter 
mon roman dedans 
en marchant il (mon heros )pense 
oui mais pourquoi J’ÈCRIS t’as pas  besoin de fric  
alors pourquoiecrit tu ?
 par passion non 
par jalousie 
peut etre 
jaloux de qui 
de tout ces connards dont ont parle 
a la radio ala telle dans les journaux 
et moi pas
LECTEUR 
2 ieme appel 
a vous de jouer 
je suis dans le petrin 
aidez moi a men sortir 
trois solutions m’offrir une bouteille de  whysky 
etre une femme mure 
avec des seins durs et un vrai sourire vrai 
puis venir me dire vient 
on vas semettre ai lit et tu pouras dormir 
Sayez jesent que rentre en concurrence avec Houelbeck  
j’aime bien 
je vais essayer d’etre
plus naturel que lui 
Son truc est facile 
Du bukovsky un peu de de celine 
une pincée de fante 
Des mecs que je nai jamais LU
A moi ben 
Lire me fait trop peur 
Dailleurs je ne sait pas lire 
je parcours seulement 
pas le temps de lire 
Il vas me falloir un truc pour relier 
Tout cela ensemble 
Ce qui vas manquer 
c’est le cote sexe 
je ne bande plus 
j’arrive même plus a fantasmer 
Avec annie  qui  fait des remarques non stop 
mais ce que je vais piquer a Houelbeck 
c’est lorsque il discute avec son lectrice  
c’est pas mal 
vous ne trouvez pas ?
alors d’accord 
vous allez m’aider 
qui vous 
vous la lectrice  
vous avez lu jusque ici c’est bon signe 
voila je vais vous laisser des demi pages  blanches pour ecrire  
la relite ne suffit pa 
une jeune fille qui mecrit quelle aimerait travailler avec moi 
j’ai peur 
je sais pas pourquoi,
mais cela  m’énerve.
Davoir peur 
Mais surtout 
De ne pas pouvoir parler 
D’autre chose que de moi
J’aimerai bien 
i parler d’autre chose
de vous 
par exemple
Voulez vous  qu’on se rencontre  
Je fais les bistro 
Le penalty rue vernier le caamp grosso place garbli 
On porra discutter 
Politique étrangère
etc.
C’est ce que je fais
C’est vrai 
je préfère parler de moi 
que de vous 
 j’aime bien aussi parler 
de lpolitique étrangère
etc.
mais pas d’autres artistes
je naime pas nonplus 
non plus  que les autres artistes 
parlent de moi 
onest a lapage 55 de votre roman 
ne dites plus que c’est un roman
pas le mot roman 
 veut dire mensonge 
je ment pas je deroaille 
je suis con mais je ne ment pas 
un truc qui marche c’est de 
raconter des blagues 
faire du  fake news 
des ragots 
vous en connaissez un ou 
l’histoire de lecrivain qui pete les plombs 
Mystere et boule de gomme 
je me demande si un jour
 je ne vais pas péter les plombs 
Peter les plombs c’est quoi?
me saouler
Prendre de la drogue?
Ne plus savoir  plus qui  on est.
Personne ne sait qui iben est 
Vous le savez vous quyi vous etes ?
Ethniquement
Linguistiquement
Cyniquement 
Intrinsèquement 
Familialement
Encore des mots
 que je ne comprends pas.
« Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit. » 
(Marguerite Duras)
ok mais alors  Houelbeck Bukovski  
tous sans exception 
sont des cons 
qui écrivent des mots 
pour continuer a nager  et
pas couller en  travesant 
l’eau froide dune mer sans 
rien a lhorzon 
Je ne sais pas quoi dire
Donnez-moi une idée
Un lecteur doit bien servir à quelque chose
Si vous voulez je vous laisse une page blanche
Et moi 
Je dois vous trouver quelque chose d’intéressant pour que vous tourniez la page
Si non vous allez fermer ce livre et ne plus l’ouvrir 
Une histoire
Quelle histoire ?
Je ne en ai pas 
Que des projets con 
Une expo de bandes dessinées à Bruxelles
Bonaz voudrait que je remplisse le MUSÉE MUNICIPAL D’ANTIBES
Mais il avoue lui-même 
qu’ils ne comprennent rien
Que c’est des nuls
C’est lui qui me l’a dit
J’espère que
 ça ne va pas lui créer des ennuis
ok on as qu’a se disputer 
Je sens que ca va tourner en eau de boudin
Pour éviter cela
Vite Il faut que j’invente
Un scénario, un pitch, une histoire vraie
 ou demi-vraie ou fausse 
d’annie en train de me téléphoner à Paris à la Louisiane, 
a minuit 22 dans ma chambre 36 pour me dire :
 je suis en train de baiser est-ce que ça te fait plaisir ou pas
Bien sur je ne la crois pas
J’ai installé une vidéo à distance
 qui ne marche pas non plus ou qui, dans ce roman
Marche bien
Mais je ne reconnais pas la personne avec qui elle est
l’image est trop floue
ouf
Je sens que mon roman a prit un tournant 
Iudi eologique 
Jai horeur de ce mot 
Annie m’a dit avoir vu 
une photo de Houellbeck bien habillé
En queue de pie avec une jolie fille :
 il vient de se marier (ou re-marier) 
encore une conne ?
ou alors il a trouvé la perle rare ?
ou alors 
il nous raconte des blagues $
grace a Houelbeck 
je vais me lacher encore plus 
pouvoir tout dire  
moi qui nosait pas traiter 
annie de conasse ni pute 
stop questce que c’est cette connerie 
detre jaloux de Houelbeck 
jarrive mame pas a ecrire son nom 
et je veux comme lui me sentir libre 
pour casser lambiance 
une anecdote 
on etait a new york on devait repartir 
pour paris l’areopot etc 
je sort de mon hotel avec mes deux valises je prend un taxi 
je lui dit  on vas a l’aeroport 
mais je dois passer avant prendre du monde au Hilton etc 
le taxi dit oui 
il charge mes bagages 
arrivé au Hilton Pierre me dit 
on as prit une limousibne vient avec nous 
mon taxi doit non impossible d’ailleurs le coffre arrière ne souvre  pas 
jene peut pas vous rendre vos bagages
il faut aller a new jersey pour ouvrir le coffre 
je panique 
c’est alors keller se met devant le taxi ouvre les bras et crie « call the  police » 
par miracle le coffre souvre 
et tout sarrange 
une autre anecdote 
je perds la memoire mais jessaye de men souvenir  
j’avais  était mange avec pierre et ROCHAT 
notre ami commun 
c’était a Lausanne ja vais doné un cour s sur la créativité et le lego en art
 au MIT  DE  lausanne 
je crois meme qui il y avait en classe quelques fils de chef d’etat peut être le coréen kim 
apre le cours on avait était boire 
dans une boite  une des femmes qui dansait ma plus je lai dit a keller 
aptres quelques whysky je suis allé dormir a mon hotel  5 etoiles 
je m’etais mit au lit 
on tape a ma porte 
je vais ouvrir 
une belle dame super sexy type me sourit et me dit e peut renter 
rester au lit 
je suis le petit cadeau de keller 
et desuite sans rien me demander elle va au frigidaire  et me sert un verre de champagne 
tres gene 
je lui dit non merci et jessaye dela mettre a la porte 
elle hesite rouspete mais enfin dit oui 
en ajoutant 
n’ oubliez mon cadeau 
depuis lors keller me dopit 250 fr suisse 
stop 
jzecris trio 
c’est du  marmelade du la confiture 
arrtet decrire pou recrire  
ok 
«  J’écris trop »
il pleut depuis trois jours  
Je suis comme trump 
je ne crois pas 
au changement climatique 
Ils savent rien 
Par contre je crois 
que si il fait froid ou chaud 
Il vas falloir s’adapter 
C’est ce que l’espèce humaine fait 
Depuis des millenaires 
Mais qui est tu ben 
Ben bella be ti est tu juif
 arabe irlandais occitan 
Allez vouf faire foutre 
Parfois
 je pense que  la vie c’est comme  
Le Bureau des légendes 
A la telle  
Tous des  l’espions qui 
S’infiltre manipule 
Oui mais qui est tu ben 
La mère de ma mère s’appelait Sarah
Peut être qu’elle était juive
on raconte dans la famille Giraud 
qu’elle chevauchait toute nue sur un cheval blanc et que mon arrière grand père en est tombé amoureux et lui avait fait des enfants
Donc je serais malgré moi sans le savoir 
Difficile a croire  juif 
Difficile à croire 
La famille des Giraud 
De smyrne 
Trois fous 
Deux milliardaires avec trois yachts 
un oncle Basil qui se baladait nu 
un oncle Harold  qui allait à la pêche 
avec des bateaux qu ils faisait a partir des meubles que oncle basil jetait par la fenetre 
oui mais qui encore est tu ben 
Il paraît que je perds la mémoire 
alors voilà j’essaye de me souvenir
de récupérer 
des souvenirs 
je me souvient de l’imprimante offset 
et du temps passé avec Roland Flexner a essayer de la faire marché 
oui mai encore quinest tu ben 
to roman ton texte est ennuyeu
Il paraît que je perds la mémoire 
alors voilà j’essaye de me souvenir
de récupérer 
des souvenirs 
je me souvient de l’imprimante offset 
et du temps passé avec Roland Flexner a essayer de la faire marché 
change de registre 
ben tout cela ennui 
ok voilà du chaud 
l e réchauffement  climatique 
je ny crois pas 
par contre 
je note que les medias 
on réussit a mobliser les jeunes 
Pour le climat 
Il n’y a rien de plus malhonnête et pervers que de mobiliser la jeunesse
83 ans et je continue a classer dans 
mes 156 boites archives archives 
tout ce que je recois par ordre alphabétique 
oh oh ok 
 je persds la memoire 
mais saviez vous que 
il y a trois anbs de cela
 jai tape un roman 
et meme je lai fait iMprime 
a mes frais sur 
imprimre ton livre 
puisque il faut des pages voici du coupE coille 
allez je me rejette a leau
cette fois ce je vais prendre boudiux 
pour un proces en regle envers l’engeance feminine 
tout est prêt 
Je vais m’adresser  au lecteur
Comme au tribunal 
Le tutoyer
Lui demander son avis
Essayer de l’impliquer 
Le probleme 
Impossible 
Le lecteur est un con ou une conasse egoiste qui ne c’’est que lire 
jeme demande si  Houelbeck se sert de siri 
ou fe la dictee vocale 
je vais lui ecrire
À propos du conclave
À propos du contrat
J’aimerais faire le point
I !l faut que tout sois clair 
entre nous sans malentendu
ton roman se transforme 
en un pamphlet politique 
attaquer les femmes unpamphlet politique
Noui je ne suis pas un artiste peintre
 je suiS un ideologue 
un  idologue quelqu’un qui as idee du monde
REVISION DE LA CLASSIFICATION 
entiers de formules, 
c’est des 
Mathématiques.
oui je suis fort 
 en politique internationale 
en linguistique politique 
j’aime 
Chercher a étonner 
par contre 
J’ai horreur « des commandes »
Detextees de  toiles 
Cela me rends triste 
et malade
ce 
Voici qui éclaire la récente déclaration officielle selon laquelle «130 djihadistes « français » détenus en Syrie seraient rapatriés en France». Tous (hommes, femmes, environ une moitié d’enfants) sont connus du gouvernement français, qui en a la liste détaillée – même s’il ne la publie pas (pourquoi ?
Qui as dit 
 «Le monde ne deviendra pas meilleur tant que certains pays continueront à passer leur temps à intervenir dans les affaires intérieures des autres pays.»
SUITRE 
J’ai rate les plupart des vernissages ces temps ci
Je ne sais pas pourquoi
Mais ça me manque pas
Mais si je le dit ils viendront pâs au mien 
MA CHAMBRE AU WINDSOR 
JE ME COUCHE DANS LE LIT 
JE REGARDE LE MIROIR 
COMM EN POLOGNE 
pas tres content du Windsor 
le jarrdin 810
les whisky 710 
jai envie d’y aller dormir quelques nuits 
j’aime la vie d hotel 
si on ne peut se sentir 
a 88% a laise 
ATTEBNTION ICI NOTES DUN ROMAN TEXTE 
J’ECRIS QUE JE COLLE 
Bonjour 
L’ennuie régnait partout 
et nulle part 
et pourtant 
il n’y avait pas de partout 
ni de nulle part 
juste une  merde d’un millionième de millionième d’ego
c’est tout ce qui existait 
et cette merde de millionième d’ego se mit à 
écrire 
 ——————-
MON ROMAN DE GARE 
PLEIN DE FAUTES D’ORTHOGRAPHE
A LIRE DANS LE TRAIN 
COUCHETTE DU HAUT 
ECRIT ENTRE 2012 et 2017
CHAPITRE 1
J’écris :
Je vais l’appeler « ni queue ni tête » 
J’écris :
je suis Ben 
je suis  content 
je viens de m’acheter 
mon premier i-pad.
Enfin
je ne serai plus un écrivain minable écrivant stylo
je vais pouvoir faire des copier-coller
tout voir 
tout savoir sur le net.
et pour commencer, 
les bars ouverts la nuit 
J’ECRIS :
Paul 
m’a installé l’internet 
avec une web cam dans la cuisine du chalet 
Web cam saccadé 
qui diffuse 
des images toutes les 3 secondes
J’écris :
Me voilà donc 
attablé à ma petite table 
au bar le « Campo » au port 
avec mon whisky, a la main 
J’écris :
Et me voilà qui vois sur ma web cam,
Marguerite 
partie à la neige avec ses sœurs 
dans la cuisine du chalet 
le cul sur la table en bois de la cuisine 
riant à gorge déployée 
les seins nus 
entouré de 
Bob le propriétaire du chalet
et un inconnu.
J’écris :
Ouf !
L’i-pad, allait enfin me servir à écrire 
mon roman de gare 
et cela 
sans avoir à quitter mon bar favori 
« un double whisky! » 
dis-je à Bernie le barman
les yeux rivés sur l’écran  
où Marguerite 
presque nue 
toujours riant 
tenait un verre la main 
J’écris :
C’est alors que
Irma, la petite barmaid bénévole 
de chez Bernie 
me tendit mon second « whisky » 
« Tu t’es acheté un i pad Ben? »
me dit-elle 
« oui et il fonctionne bien,
je peux couper et coller des passages 
complets de Céline, Dostoïevski.
Mais pour le moment je regarde  Marguerite
prendre son pied au chalet à la neige 
tu veux voir la scène ?
trop tard 
l’écran était noir
L’image avait disparu  
il ne me  restait plus qu’à l’imaginer 
qui était cet inconnu ?
Bob le propriétaire je le connaissais 
mais pas l’inconnu 
J’écris :
et puis non merde 
Cette web Cam muette 
n’allait pas m’empêcher d’écrire
mon premier roman de gare. 
J’ÈCRISJ’eus alors l’idée de demander 
à haute voix 
à mes amis du bar, 
à m’aider à pondre l’histoire  
je leur expliquais : 
Ce serait 
un peu comme un cadavre exquis
Chacun donnerait son idée 
on les mettrait bout à bout 
J’écris :
La grosse Sylvia 
Toujours assise 
à la même table du fond 
dit alors 
« je te propose de commencer par écrire :
comme il ne payait jamais sa tournée
on avait décidé entre nous 
de la dépouiller de ses vêtements » 
Bon début 
«j’attends la suite »  
dis je 
J’écris :
C’est alors qu’Irma
dite «  la prude  »  dite « l’intellectuelle » 
mais en réalité « pute »  depuis  plus de 30 ans 
me proposa de la suivre 
au 4ème étage de l’hôtel en face du bar 
pour me montrer (dit-elle)  
et peut être me vendre me donner  
un manuscrit qu’elle avait subtilisé 
à Truman Capote une nuit d’orgie 
un manuscrit 
contenant une histoire de bijoux volés 
entre Sophia Loren et Marilyn Monroe  
J’écris :
Curieux, et 
voulant oublier et me venger 
de Marguerite les seins nus 
sur la table de cuisine 
J’acceptais 
ok je  te suis 
on traversa la rue 
C’était un meublé
je payais la chambre 
à la réception 
20 euros pour 24 heures 
au quatrième 
la chambre était vide 
il y avait juste un grand lit, 
et une commode 
on était en septembre  
il faisait encore 
chaud Irma ouvrit la fenêtre  
et me dit 
« mets toi au lit nu, 
je te rejoins avec le manuscrit » 
J’écris :
Une fois au lit, 
J’attends 
et voila que la belle Irma 
que j’espérais voir 
sortir  de la salle de bain, en slip
sort toujours habillée 
de sa petite robe noire sexy 
prend d’une main tous mes vêtements 
que j’avais 
proprement pliés  sur la chaise 
et les jette
hop la 
par la fenêtre ouverte
Tout sauf l’I-pad,
qu’elle me tend  
en me disant 
voilà 
tu n’as  plus qu’à  écrire la suite 
de l’histoire du mec  
qui ne payait pas sa tournée
et qui regardait sa femme à la neige 
sur la web cam se faire tringler 
J’écris :
J’avais gardé mon slip 
je ne dis rien 
je descendis quatre à quatre très vite 
dans la rue, 
récupérer mes vêtements 
qu’un clochard 
était entrain de s’approprier 
J’écris :
Furieux 
Décidé de me venger 
je retourne une demi heure après 
dans le bar 
et arborant cette fois ci un grand sourire 
je crie 
« re-bonjour tous
la tournée est pour moi 
Mon éditeur m’a payé une avance sur votre histoire  
à mon tour de vous offrir donc à tous à boire » 
je sortis alors de mon sac, 
une grande bouteille de whisky, 
dont j’avais soigneusement 
bu un bon verre le remplaçant  
par une grande  dose de LSD 
La première à tendre son verre 
fut une fille qui ressemblait comme deux goutes 
d’eau à un tableau de Klint 
j’en tombais de suite amoureux 
et  voulu 
lui reprendre le  verre 
mais trop tard elle avait déjà tout bu 
et en trois secondes 
Complètement stone 
Cette créature de rêve tout sourire  
me  dit 
« Ben Vautier  je présume » 
Non lui répondis-je  je m’appelle Adrien Monk 
J’écris :
L’effet fut immédiat 
Elle me  dit « Adrien je vous aime » 
et elle ajoute 
Vous savez 
l’amour  nous dépasse 
je sentis alors à l’intérieur de mon pantalon 
ma bite commencer bander  
Incroyable 
je n’avais pas ressenti cela depuis plus de 6 mois 
J’écris :
C’est alors que  Bernie
de derrière le comptoir du bar 
sans doute télépathe 
dit 
du calme Thalamus 
Alice est ma nouvelle copine 
J’ai besoin d’elle elle travaille pour moi 
laisse la tranquille 
Va récupérer ta Marguerite 
ou je lui dis tout à Marguerite 
J’écris :
Impossible 
Je ne peux pas répondis-je 
je viens de tomber amoureux 
du sourire 
de la peau 
et des formes de Alice 
Ajoutant  
je vais t’expliquer 
j’en ai  rien à foutre de tes explications 
dit Bernie 
si tu continues à regarder Alice  comme cela 
je te casse la gueule 
J’écris :
Je n’allais pas abandonner si vite 
c’est vrai aussi 
qu’au  bar tous connaissaient Marguerite  
Depuis ce vendredi fatidique où Marguerite  
venant me chercher  après le travail 
et me trouvant saoul attablé
entre les seins de la grosse Marguerite 
avait expliqué à haute voix à tout le bar 
Que de toutes façons Ben 
avait une petite  bite molle et qu’elle 
préférait une bite dure et longue
en ajoutant 
à Bernie qui louchait sur ses seins 
et toi si tu veux un jour me baiser 
va falloir laver ta bite d’abord
J’écris :
Bien que je me  souvenais de cette scène 
je dis : 
« tout cela c’est du passé » 
et ne me dégonflant donc pas 
je pris la main de Alice 
et on sortit du bar
sur le trottoir je dis à Alice 
si tu m’aimes 
comme tu me l’as dit 
Il me faut  deux choses 
on remonte dans la chambre pourrie d’en face 
que
j’ai déjà payée pour la journée 
tu te mets au lit 
on fait l’amour 
et je continue mon roman pourri 
J’écris :
Stop A propos de mon roman pourri 
question de mémoire 
je dois de temps à autre 
faire le casting 
sinon je vais les mélanger toutes
il y a Marguerite 
il y a Irma la pute  dite l’intellectuelle 
il y a Bernie le patron du bar 
il y a  il y a la grosse Sylvia 
il y a Alice la jeune  
J’écris :
Alice me répondit : 
C’est du n’importe quoi 
Mais pourquoi pas 
on remonte donc 
je la regarde se mettre au lit 
et me mets tout de suite à taper sur mon I pad 
J’écris 
A minuit je m’arrête 
et me couche sur le corps nu d’Alice 
Une belle bite 
Lourde et chaude  en préparation
Mais 
je ne sais pas pourquoi 
juste avant de la pénétrer 
me  rappelant que la dernière 
fois que j’avais  vu Marguerite  
c’est sur ma web cam 
Assise sur la table de la cuisine  les seins nus 
avec Bob et un inconnu 
je décide de  lui téléphoner 
J’écris :
Il était minuit dix 
Au téléphone Marguerite me dit :
« bonsoir mon amour 
tout va bien
j’ai sommeil 
il est plus de minuit je dors 
Arrête de me téléphoner 
je  raccroche 
mais comme cela arrive parfois 
elle raccroche mal  
et je  continue donc à entendre des sons 
et j’écoute  
des gens parler 
puis la voix de Marguerite 
et des voix d’hommes  
puis des halètements 
puis des rires 
puis un « encore encore » 
très distinct de marguerite 
Puis un «  vas y » 
Puis ou deux  « attention un vous me faites  mal »  
puis une grande série 
des non non cela suffit 
puis le téléphone s’arrêta 
J’écris :
je dis alors à Alice 
« tu es témoin Marguerite me trompe » 
« j’ai tout entendu » dit Alice 
mais c’est bon pour ton roman 
écris cela te fera du bien 
et puis tu es avec moi 
alors viens maintenait  
ta bite doit être assez dure
T’as qu’à penser que je suis marguerite 
et que tu es l’inconnu   
qui la baise en ce moment 
mets la en moi 
tu peux la rentrer.
et si tu veux je me retourne et 
même si cela me fait mal 
tu peux m’enculer 
Jécris :
Non tu ne comprends rien 
c’est mon premier roman 
je ne peux pas 
il ne faut pas que cela fasse trop porno 
Pour un premier roman 
ça la fout mal 
« tu exagères » 
me répondit Alice 
un roman c’est toujours du mensonge 
De la vérité triturée 
des fantasmes 
Jette toi à l’eau 
écris n’importe quoi
J’écris :
Ok
tu as raison 
je vais écrire la vérité 
qui est que  
que je ne supporte plus 
ne pas savoir quoi écrire 
que j’en ai marre de me répéter 
Toujours les mêmes mots 
les mêmes images 
qui se répètent
que je ne supporte plus 
ne pas savoir quoi écrire 
J’écris :
« Arrête » dit Alice 
Cela ne suffit pas 
laisse toi aller 
il te faut une vraie histoire 
bois ta vodka 
je te taille une pipe 
le reste  viendra 
J’écris :
OK 
Ce sera donc 
L’histoire de moi Ben, 
de toi Alice  
de ma  femme Marguerite 
de ses amants 
et même pourquoi pas 
de la femme inconnue nue
qui est au fond du verre de saké 
je rentre dans le lit  
je coince l’I-pad sur l’oreiller 
j’écris :
CHAPITRE DEUX          
Merde on frappe à la porte 
Je vais ouvrir 
C’est Irma la fille aux gros seins 
« Ben  il faut que tu viennes m’aider »
me dit-elle 
pourquoi ?
j’ose pas rentrer chez moi,
le voisin est devenu fou
il veut se venger
« se venger de quoi ? »
« je ne sais pas » 
j’écris 
Attend j’écris 
ce que tu viens de me dire 
et je viens   
j’écris   
Quand on décide d’écrire n’importe quoi 
on écrit n’importe quoi 
on accepte tout ce qui peut arriver 
alors tu vois 
j’écris que tant pis  
j’abandonne mon  roman de gare 
et je viens t’aider 
J’ÈCRIS        
J’accompagne donc Irma  à son appartement 
en dessous du mien 
J’ÈCRIS        
Mais à peine rentrés        
elle ferme la porte 
ouvre son manteau 
elle est toute nue en dessous 
elle est grosse 
pas très grosse mais grosse 
« Décidément j’ai raté ma vie sexuelle 
à 12 ans je me baladais nu 
sous un manteau rue Oscar 2 
personne ne m’a jamais vu 
parce que je n’ai jamais ouvert le manteau » 
au lieu de cela me voilà 
coincé avec cette Irma 
je panique 
je lui dis : 
« attends 
je vais chercher à boire 
et je viens » 
je remonte alors quatre à quatre les escaliers 
il faut que je retrouve mes notes d’antan  
j’écris :
Ouf 
j’ai retrouvé mes notes 
elles étaient dans une caisse  banane
(les cartons qu’on trouve au marché) 
Une caisse banane pleine à craquer 
de bouts de papier 
je vais trouver la suite 
pour m’en sortir 
J’écris 
je suis seul au lit 
le lit est en bois
il est très grand 
et le matelas mou s’enfonce 
Autour de mon corps 
ou vice versa 
J’ÈCRIS      
Cela me rappelle Istanbul 
Je me souviens à Istanbul 
la fois où 
Je me suis retrouvé seul 
avec trois femmes nues 
dans un même lit en bois 
au matelas mou 
et toutes les trois 
prises ensemble d’un fou rire 
Impossible à arrêter 
J’ÈCRIS:
Que se passe t’il 
une histoire  se passe en vrai  
dans un roman de gare 
où il ne se passe rien 
J’écris     
Arrête de divaguer 
Tu as encore trop bu 
arrête d’écrire
dors 
J’ÈCRIS Ok
J’ai mal dormi 
il est 9 heures du matin 
on sonne au portail 
c’est un individu hirsute, 
comme sorti d’un film de David Lynch 
il est très beau 
et porte des bottes rouges 
il me dit : je suis un de tes cousins 
je pense 
Encore un casse-pied, 
il va falloir le virer
Au lieu de cela je lui dis : 
Entre raconte-moi tout 
tu veux  une bière ? 
J’ÈCRIS 
On est dans la cuisine 
Marguerite revenue de la neige 
dort dans la pièce à côté 
je pense :
on est mal parti
Marguerite va le trouver beau 
il va la baiser 
je vais être jaloux 
je vais le tuer 
je mettrais son cadavre
dans le congélateur 
ou dans la caravane 
Seul problème 
c’est pas nouveau 
c’est du déjà écrit  
dans des dizaines de romans 
J’ÈCRIS        
Je suis   
Devant mon Mac 
En train de taper mon roman 
je ne risque rien 
alors continue
et ne réveille pas Alice 
mais alors 
suis-je avec Alice ou avec Marguerite ?
elles sont toutes les deux là 
J’cris 
Je vais demander à Marguerite de
taper la suite 
elle écrit 
J’ÈCRIS s 
« non je ne marche pas 
tu ne vas pas me faire taper encore 
le même scénario dix fois  
tout cela pour satisfaire tes fantasmes 
me faire servir à boire 
puis 
me faire baiser sur la table de la cuisine 
par ton soi-disant cousin 
encore une  histoire rance
je refuse de continuer à taper » 
« et d’ailleurs 
ce que tu ne sais pas 
dit Alice qui s’était réveillée
et  venait de rentrer dans la pièce 
c’est que ta Marguerite
lit du Hitchcock 
et cherche nuit et jour 
J’ÈCRIS 
une idée pour
T’assassiner le vrai crime parfait
que ni Colombo 
ni Closer 
ni Hercule Poirot 
ni l’inspecteur Barnaby 
ni Castle 
ne pourraient démasquer 
J’écris :
je lui ai repris l’i-pad 
et c’est moi qui écrit 
c’est pas un roman 
ni un scénario pour une série gore 
par contre je demande ici au lecteur 
que s’il entend dire que 
moi l’auteur je  suis mort dans un accident 
qu’il insiste 
à ce qu’on ouvre une enquête 
J’écris :
Tu ne comprends pas 
il me faut 
à tout prix continuer à écrire 
si je ne veux pas me suicider 
et que fais-tu des fautes d’orthographes 
je les laisse 
ça se fait pas 
les éditeurs n’aiment pas les fautes 
moi oui 
CHAPITRE TROIS 
J’écris 
Il n’y avait plus rien à boire.
j’avais donné mon dernier viagra à Marguerite 
pour son soi-disant ami 
et je les imaginais rire 
je pensais quelle connerie.
Je vais devoir aller voir mon pharmacien
qui me regardera de travers 
De toutes façons, 
il est clair que 
Alice ce soir 
dans la chambre à côté n’a plus  envie de baiser.
Elle préfère regarder la télé.
Je ne comprends rien aux femmes, 
je bois mon  whisky
et 
J’écris :
Arès tout
« j’ai sommeil je vais dormir » 
on verra la suite demain matin 
J’ÈCRIS        
Au réveil 
je lis mes notes 
il est  écrit 
si j’ai refusé de faire l’amour avec
la grosse  Lydia 
c’est parce que j’avais peur d’elle 
de son poids 
D’ailleurs son mari était sans doute là 
dans la pièce à côté 
je me serais retrouvé attaché sur le lit  
J’ÈCRIS        
Décidément 
C’est pas terrible,
comme histoire 
il me faut trouver autre chose 
J’ÈCRIS 
 
Le con mon héro à moi tombe amoureux d’une fille de 18 ans..
Au début il la croit sincère 
en vrai 
Elle est bi-polaire 
Non, décidément 
Je n’aime pas cette histoire non plus 
je vais aller boire une bière au Wagram. 
ou 
J’ÈCRIS :
   
Je ne fais que suivre 
les préceptes de Godard 
qui a dit  :
pour faire un film 
il faut un pistolet, de l’argent 
et une femme nue  
J’ÈCRIS
  
Au Wagram je croise Marguerite  
je lui dis : 
c’est toi la femme nue 
dans mon roman 
elle me répond 
« et alors pourquoi pas 
il n’y a pas que toi
qui me trouve belle nue » 
J’ÈCRIS 
 
C’est alors qu’Edouard 
qui était affalé dans le seul fauteuil au fond du bar 
me dit :
« A propos Ben 
tu me dois de l’argent 
je le veux »  
Je lui demande 
de quelle somme il s’agit 
Il sourit 
« De presque rien 
126 euros 
juste assez 
pour alimenter ton roman » 
J’ÈCRIS  
Je me sens mieux
Ouf c’est pas un sadique 
oui mais à quoi me servira 
ce roman           
si je n’ose rien écrire 
et que Marguerite ne veut pas 
qu’on la baise sur la table de la cuisine 
à moins que mon cousin  
ne soit un révolutionnaire Basque qui 
cherche une planque
dans ces conditions 
je dois vite
le virer du roman 
J’ÈCRIS  
Ceci dit Marguerite 
a bon coeur elle va l’héberger.
j’ai peur. 
Et si on l’avait suivi ?
Il me faut un alibi 
on boit du porto 
je ne sais pas pourquoi mais 
elle  décide d’inviter les copains 
je téléphone 
CHAPITRE QUATRE 
J’ÈCRIS  
Je suis rentré à l’appartement
il y a Marguerite Alice Edouard  
on entend           
une voiture dans l’allée 
c’est les copains de Marguerite 
non  ce n’est pas eux 
c’est Nicolas qui arrive 
avec deux amis infirmiers 
en blouse blanche 
Mr Vautier 
« Suivez-nous SVP 
C’est pour votre bien 
vous allez faire une petite cure de 10 jours »
 une cure de quoi ?
J’ÈCRIS  
Marguerite me dit :
Ne te fais pas de soucis chéri    
« je viendrai te voir 
prend ton i-pad avec toi 
tu vas pouvoir finir ton roman ».
J’ÈCRIS
  
J’ai peur 
je sais comment 
dans les films
cela se passe 
je me demande d’ailleurs 
si le docteur Robert 
n’est pas un de ses amants 
J’ÈCRIS  
Dans l’ambulance
je pense :
Marguerite 
une belle femme 
avec de beaux petits seins 
et un con propre parfumé agréable à lécher 
mais méchante
ses chiens ses  chats m’énervent 
j’ai toujours 
envie de lui crier :
arrête ta comédie 
basta de parler 
d’amour des animaux 
des plantes des paysages 
J’ÈCRIS 
 
Je suis à l’hospice hôpital pour  fous 
dans une chambre 
il y a une fenêtre un lit une télé 
J’entends des voix 
je sors de ma chambre 
dix vieux regardent la télé
C’est triste 
j’ai envie de pleurer 
je regarde autour de moi 
J’écris :
Il y a des portes 
qu’on ne peut pas franchir 
on me cache les vrais fous 
à moins que 
les vrais fous se cachent de moi  
et il y a aussi 
les fous faisant semblant d’être fous 
J’ÈCRIS  
Assis sur ma chaise 
Dans ma chambre 
je regarde par  la fenêtre ouverte 
il faut qu’il se passe quelque chose
ici il ne se passe rien 
on ne m’aime pas ici 
trouver un bar 
Changer de bar 
je prends mes affaires 
et saute par la fenêtre 
J’ÈCRIS  
Dans la rue 
Sur le banc en attendant le bus 
J’ÈCRIS  
Ce n’est pas un roman que tu écris là 
c’est trop confus 
cela n’a ni queue ni tête 
J’ÈCRIS  
Ce n’est pas de ma faute 
c’est la faute de Marguerite 
elle ne fait que râler 
pour couvrir sa voix j’écris 
j’écris  n’importe quoi,
j’écris ce qu’elle crie 
elle crie 
« tu ressembles à ta mère 
ta mère pensait que tout
 le monde la volait » 
J’ÈCRIS
  
Non je n’
arrêterai pas d’écrire 
Marguerite n’est pas ma mère 
et j’en ai rien à foutre 
il me faut finir mon roman
tout mettre bout à bout 
dire la vérité 
J’ÈCRIS 
 
Je ferme les yeux 
il n’y a pas de vérité 
que des fantasmes 
Marguerite  je l’ai imaginée 
mardi dans les toilettes du Wagram 
le cul sur une pile de Gala et de Point de vue 
sa jupe retroussée 
avec la bite de Patrick en elle 
et elle me dit 
« On répète pour une performance
à la villa Arson » 
J’ÈCRIS  
Je retourne finir ma bière sur la terrasse 
une femme rousse me regarde  
en souriant  
elle s’est rendu compte 
que je bande  
je lui souris 
J’ÈCRIS  
il fait trop chaud 
pour écrire
Avec les mots on ne sait plus 
si les mots sont vrais 
si c’est une histoire 
si les mots se transforment 
en du vrai 
si 
J’ÈCRIS  
Marguerite  est belle
Pierre, Paul et Mathieu 
la désirent 
elle le sait
C’est pas un drame 
Mais 
à propos de son cul 
et ses jambes écartées 
la bite de Patrick en elle 
sur la pile de Gala, au Wagram 
je préfère Science et vie à Gala 
j’adore les théories scientifiques 
sur les trous noirs 
J’ÈCRIS  
On se croirait donc dans un
 film de Sundance 
un peu Nouvelle vague 
tu as 75 ans
Rien à perdre
continue d’écrire 
CHAPITRE CINQ
J’ÈCRIS  
le décor change 
On avait donné rendez-vous 
à toute la famille 
à l’aéroport 
Je n’ai pas vu mon frère 
depuis douze ans ça va être 
notre dernière rencontre
il devient Alzheimer 
on lui a retiré son permis de conduire 
il ne savait plus comment rentrer chez lui
mais je reste toujours en contact 
j’aime mon frère d’amour 
derrière
ma carapace de 
« c’est la vie » 
J’ÈCRIS  
le lendemain 
retour au bar du « Campo » page 2 
(début du roman)
La robe de soie de la serveuse est 
Transparente 
J’ai mon I-pad à la main 
Je propose qu’on aille tous s’asseoir 
à  la table ronde au fond du bar 
je leur dis : 
bonjour 
c’est pour continuer  mon roman de gare 
je vais faire passer le Ipad 
des uns aux autres 
Chacun écrit, ce qu’il veut 
Cathy écrit 
Touche pas à ma femme.
Marc  écrit :
allez vous faire tous foutre 
J’ÈCRIS:
inventez plus 
Yasmina discrète 
n’ose pas demander l’Ipad 
quand elle l’a 
elle écrit 
je n’aime pas la 
femme aux gros seins 
l’atmosphère  est en train de changer. 
J’ÈCRIS        
ce n’est qu’un i-pad
Faites passez l’I-pad 
J’ÈCRIS 
Marguerite entre dans le bar 
et au lieu de venir m’embrasser 
elle dit à Bernie 
(vous vous souvenez de lui  le barman)
Je propose qu’on monte tous au premier 
il fait plus chaud 
et il y a un grand lit 
et on va pouvoir continuer 
le  roman de gare 
de mon connard de mari 
il lui reste encore 50 pages 
J’ÈCRIS  
Tout le monde monte 
les escaliers en bois 
J’ÈCRIS  
Dans la nouvelle salle du haut 
il y a un grand lit  une table 
une armoire en bois 
Gérald dit :
Sous le lit il y a peut être
une bouteille de whisky 
J’écris 
Je n’arrive pas à continuer 
je ne trouve plus mes mots 
J’ÈCRIS  
Chacun se regarde
je dis : 
il nous faut une suite 
Ingrid dit 
change de  roman 
il y a trop de sexe dans celui là 
un roman de gare sans sexe?
d’ailleurs quand il y a que ça, 
ça devient lourd.
On ne lit plus, 
on tourne les pages.
à propos on est à quelle page 
Pourquoi tu demandes ?
il reste 49 pages à écrire 
J’écris 
Je me suis mis  
à relire du Bukovski
Marguerite l’avait posé sur une table 
pendant que je lisais 
j’ai pensé
Qu’est ce qu’il baise..bien ..
une ou deux femmes toutes les 4 pages 
il faut que je fasse de même 
C’est alors que Marguerite 
me dit : Débarrasse et mets la table 
on va manger 
j’ai pensé non 
J’ÈCRIS  
Stop 
c’est toi qui  débarrasse la table 
ensuite 
tu souleve  ta jupe  
tu enlèves ta culotte 
et moi 
je te baise sur la table 
comme tu as fait à la neige 
Ne parle pas de choses 
que tu ne peux pas faire 
tu en es incapable
me dit-elle 
J’ÈCRIS  
Et puis Bukovski 
ce n’était  peut être que des fantasmes 
sa femme l’emmerdait aussi  
il ne baisait pas tant 
J’ÈCRIS  
ok c’est vrai 
que ce j’écris là 
c’est pas du Bukovski,
il aurait écrit tout cela 
avec trente mots de moins,
et il aurait bu trois verres de whisky 
il y aurait eu deux femmes qui se disputaient 
pour savoir laquelle le sucerait en premier 
je me suis donc réfugié dans un 
Ok chérie tout est relatif  
et j’ai mis la table 
J’ÈCRIS  
Il y avait au moins six personnes
dans 
la salle 
au dessus du bar de Bernie 
qui me disent 
tous en chœur 
« ton roman  de gare ben 
n’a ni queue ni tête » 
J’ÈCRIS  
d’accord 
mais  il faut absolument 
que je continue d’écrire 
le train part d’ici 10 minutes 
et j’ai peur que 
si je ne le finis pas 
l’ecrivain  se jette sous les rails 
CHAPITRE SIX 
J’ÈCRIS 
 
Vous ne comprenez pas 
au début 
J’étais paumé 
pas d’expo  
personne ne me parlait plus 
personne ne baisait 
Il me fallait absolument trouver un truc 
pour continuer 
alors 
écrire un roman de gare 
cela m’arrangeait 
même si c’est 
chiant de se retrouver 
sans avoir rien à écrire 
J’ÈCRIS  
C’est alors que je décide 
de changer de bar  
je vais aller en face 
Dès que je rentre 
je vois 
une  fille rousse petits seins taille de guêpe 
assise seule 
une irlandaise comme ma grand mère 
elle me sourit
j’en pleure presque d’émotion 
quelqu’un me sourit 
je commande un whisky des Highlands 
J’écris 
Je lui dis : 
vous savez j’écris un roman 
c’est pour cela 
le I-pad 
cela vous embête pas 
si je vous mets dans mon roman ?
elle me dit non
mais vous êtes marié 
vous êtes Ben 
demandez 
à votre femme de vous aider 
J’écris :
impossible c’est un roman 
qui la concerne 
et ce n’est pas facile 
je continue 
il y a Mulholland Drive 
il y a l’Hôtel du Nord avec Arletty
Il y a La piscine avec Alain Delon
Il y a Casablanca avec Bogart et
Comment s’appelle t’elle ?
Ingrid bergman
et puis comment faire pour sauver 
la fille sortant de la douche avant 
que la mère d’Anthony Perkins arrive
avec son couteau 
J’écris :
Je n’ai pas compris dit la rousse 
c’est un film ou un roman de gare ?
J’ÈCRIS
  
Il ne faut surtout 
pas avoir peur de tout mélanger 
Le film, le roman, la peinture, 
ce sera du délire
vous verrez
si ça marche 
j’aurai la gloire 
Tout Nice viendra
Pour se voir sur l’écran et par curiosité
pour imaginer Marguerite, nue
avec ses amants 
ce sera un scoop  
Allons voir la mer 
je déteste la mer 
mais j’aime la regarder
J’ÈCRIS
Je sors donc  du bar 
Avec la rousse 
on s’assoit sur un banc 
Devant la mer 
avec mon I-pad 
J’ÈCRIS
Je lui dis :         
écrire « la vie de tous les jours », 
c’est pas très compliqué. 
Mais il faut aussi du  suspense.
sinon 
ils n’auront pas envie de 
continuer à lire 
et s’arrêteront à la page 6 
J’ÈCRIS
« Marguerite m’a dit 
J’aime faire l’amour  
J’en ai besoin
Qui est Marguerite ?
Demande la rousse     
c’est ma femme elle s’appelle 
en vérité Annie
mais dans ce roman 
je l’appelle Marguerite
J’ÈCRIS  
Il faut accrocher les lecteurs 
c’est           
comme dans la rue 
quand une femme passe  
et qu’elle 
vous accroche  le regard avec ses  jambes.
Marguerite je peux lui faire
plus de choses erotiques 
qu’à annie 
J’ÈCRIS
La rousse me demande
où est-elle en ce moment ?
J’ÈCRIS
elle doit être 
dans la cave du presbytère 
se faisant peut être  pénétrer
par un paroissien du faux curé 
sans doute toute nue
et l’homme, un paysan rustre, 
est en train de la pénétrer  
Elle lui a sans doute demandé 
de se doucher avant 
il sent bon
car elle a une grande collection de parfums 
pour homme 
sa bite a  
un  goût de framboise
ceci dit 
je ne sais pas pourquoi 
mais quelque part 
quand elle fait l’amour 
j’en suis  fier
J’ÈCRIS
Je donne alors à lire ce que je venais 
décrire à la rousse 
J’écris :
Elle lit puis dit 
Cela suffit comme ça 
je refuse d’en lire plus 
j’arrête de lire 
 J’ÈCRIS
On est en liberté 
J’écris ce que je veux 
c’est mon i-pad 
et le net est ouvert à tous 
J’ÈCRIS
je comprends que 
Personne ne veuille 
de vos manuscrits 
 c’est mal écrit 
du petit nègre 
avec des majuscules au début de chaque ligne 
J’ÈCRIS
c’est parce que la correction automatique
sur Word 
mets des majuscules
au début des lignes  
CHAPITRE SEPT 
J’ÈCRIS  
je pense 
Elle as raison 
mais je dois continuer à tout écrire 
La boîte de Pandore existe 
ouvrir la boîte de Pandore
c’est se poser 
des questions 
et pour commencer 
Pourquoi 
ma mère m’amenait-elle avec elle au hammam 
avec toutes ces femmes nues aux gros seins 
J’ÈCRIS
Il me faut une autre vodka 
et puis non merde 
j’irais  d’abord 
au zoo voir 
le grand  crocodile 
Immobile dans son  bassin 
là où il y a écrit sur un panneau 
« Attention ce crocodiles
est vivant 
ils ne bouge que pour se nourrir »
J’ÈCRIS
J’ai trouvé 
Je vais en faire un feuilleton
puzzle 
pour comprendre 
ils n’auront  qu’à
rassembler
les bouts. 
J’ÈCRIS
et puis  non je prefere 
unpeu de porno 
si dans mon roman 
je faisais faire à Marguerite   
du stop
Devinez qui s’arrête pour la prendre ?
Un mormon ? 
non
Un flic ?
non
Johny Halliday  en personne ?
non
Le curé de la paroisse
d’un village en Ardèche 
oui 
ce qui expliquerait la scène 
dans la cave du presbytère 
J’ÈCRIS
Vas y donc pour le curé
comment l’a-t’elle rencontré ?
en faisant du stop 
il la prend et en route 
Il lui raconte sa vie
une vie incroyable 
en vérité 
Il dit qu’il se cache des extra-terrestres
encore un fou pense  t’elle 
le curé 
s’était  d’abord caché à Marrakech
avec les Bédouins
Puis dans en Ardèche 
Chez les Occitans
J’ÈCRIS
Oui mais 
après 
comment continuer ?
le curé
la présente à sa femme 
qui est jalouse
Elle veut bien l’héberger 
mais dans l’appartement du sous sol
Marguerite comprend alors 
que son bienfaiteur 
est un peu fou bipolaire et schyso 
le curé la prend dans ses bras 
elle se laisse faire  
au début elle n’aime pas cela
Puis elle aime cela
Il recommence trois fois 
il la baise 
avec et sans sa soutane 
qu il enlève et remet 
J’ÈCRIS
Revenons a Ben 
on  frappe à ma porte
c’est du classique
je dis  « entrez » 
(encore plus  classique)
C’est un faux éditeur véreux 
Ben on a besoin d’argent
je n’en ai pas
Tu peux aller en emprunter pour nous
à qui ?
Au curé de l’Ardèche
qui ? quel cureé
Le curé  qui séquestre
 ta femmeMarguerite 
Je réponds
je fais semblant de ne pas le savoir 
d’alleurs comment l’ai je su
J’ÈCRIS
Il la garde au sous-sol 
qui il ?
le curé 
Au début elle était mal à l’aise 
elle voulait fuir
mais il a meublé la pièce
avec tout ce qu’elle aime 
surtout 
beaucoup de livres à lire 
Et maintenant elle lit 
et écrit des romans 
J’ÈCRIS
Difficile à croire elle ne sait 
pas écrire je ne vous crois pas 
Viens avec nous tu le verras 
de tes propres yeux
J’ÈCRIS
on y vas 
J’ÈCRIS
Effectivement
Elle était là
Effectivement elle était contente
Effectivement elle écrivait
Parfois dans la journée elle faisait l’amour 
avec un paroissien ou deux en manque 
qui payait 30 euros chacun au curé 
cela ne plaisait pas trop à la femme du curé 
mais elle préférait qu’elle fasse cela 
avec les paroissiens qu’avec son mari 
qui n’était d’ailleurs pas son mari 
J’ÈCRIS
le curé la comprenait
ils se  racontait  mutuelement leur vie
Elle se souvenait dans le moindre détail 
des fleurs, des poules, des légumes,
des saisons, de tout
mais pas des hommes
Elle était heureuse et ne voulait pas quitter l’église
elle me dit 
et même si ils me baisent 
Je leur fais du  bien
Et cela me fait  plaisir aussi 
Pourquoi partir ?
je suis bien ici 
J’ÈCRIS
ok je decide de partir 
à pied pour traverser
la ville fantôme
J’écris 
Tout cela n’a 
ni queue ni tête 
faux 
il y a 
ma tête et ma queue 
il me manque  juste 
une histoire
c’est-à-dire du mensonge
pour parler à ma queue 
J’écris :
Que faire ?
une autre femme 
trop compliqué 
d’ailleurs elles sont toutes pareilles  
des salopes égoïstes
J’écris :
J’aime les histoires  
qui se racontent dans les bars
les bars Irlandais,
les bars Niçois,
des histoires de femmes, 
des histoires d’argent, 
des histoires de complots 
J’écris :
Comment faire pour écrire 
quand on n’a pas de mémoire?
même  pas assez pour 
se souvenir du début.
de l’histoire qu’on  écrit 
J’écris :
Fante écrit sa vie,
moi je fais des listes.
Bukowski baise et boit 
moi je fais des listes.
J’écris :
C’est louche.
marguerite  a une belle peau douce 
et un très beau corps
je me demande 
à quoi ressemble le corps de son faux vrai amant.
Sans doute quelqu’un que je connais.
J’écris :
Ce que j’écris          
c’est comme
cerises surl’arbre 
une fois, qu’elles ont poussé
il faut les manger. 
Une fois tapé ces mots 
il faut les lire 
et Je n’aime pas lire  
J’écris :
Je ne sais pas attendre,
Il y a des gens qui savent attendre,
Moi je ne sais pas attendre.
pour lire il faut attendre 
J’attaque tout de suite 
je sais écrire 
J’écris :
Il fait beau.
j’ai décidé de tout noter, 
de tout inscrire
J’écris :
En revenant de Monte Verita
j’ai  trouvé dans le linge sale de marguerite 
deux slips super sexy,
et un parfum d’homme 
si c’est a celui que je pense 
 cela doit changer de moi 
il est en pleine forme  physique 
J’écris :
c’est pas tout 
cela ne me suffit pas 
j’ai besoin  d’un drame, d’un suspense
d’une chute 
d’un  suicide déguisé en meurtre 
J’écris :
Il y a rien de plus ennuyeux 
et vrai 
que de raconter
la vie de tous les jours.
J’écris :
oui mais 
Comment faire pour écrire 
Une histoire de femme, 
donc de désir
quand on n’a pas de mémoire?
J’écris :
Me saouler 
Pourquoi pas ?
un peu d’alcool 
J’écris :
:
c’est un roman dans le roman  
comme ton film dans le film.
Je veux bien 
mais ce n’est pas nouveau
J’écris :
les pommes de terre une fois  
qu’elles ont poussés 
il faut les vendre  
Les livres c’est comme les pates  
une fois imprimé 
il faut les manger 
J’écris :
Le doute s’installe.
S’il me manque de l’imagination,
Il y a beaucoup d’histoires qui se racontent dans les bars.
les bars Niçois
J’écris :
Enfin depuis que Ben 
en parlait et insistait 
elle  l’avait fait 
Il était en elle
une vraie bite longue et dure 
Elle l’avait sucé 
Il était beau mais pas trop 
Jeune mais pas trop 
Moins gros que ben 
Plein de muscles 
Elle était nue et émue
elle avait pris une douche
Lui aussi 
J’écris :
Le téléphone avait sonné 
Elle n’avait pas répondu
Elle avait pensé
ça doit être Ben 
Mais avait gardé les yeux fermés 
sans savoir pourquoi 
Pour lui faire plaisir 
pour avoir mal 
Ou encore 
Pour avoir envie d’avoir mal 
elle s’était retournée sur le ventre 
etattrape le bord du lit avec ses mains 
Cela l’avait surpris 
la  bite cherchait  à trouver son anus 
Elle s’entendit dire  
non pas la
puis oui 
mais tu me fais mal 
doucement  
elle  pensa 
vas-y vas-y même si tu me fais mal 
vas-y
tu me fais mal 
mais navait rient 
juste serre ses dents 
il était maintenant dedans c’était bon 
Elle aimait cela 
Ce mouvement de va et vient 
Elle recommencerait 
elle ferma les yeux et se remordit
le bout de loreiller pour pas crier 
sa bite était maintenant 
tout entrée au fond elle pensa 
c’est bon je ne dois pas
 avoir peur de recommencer 
et même s’ils sont deux 
Je dois dire oui
on me  bandera les yeux 
pour pas les voir 
j’obéirai ils pourront 
me prendre encore et encore 
J’écris :
elle pensa 
Il y a rien de plus ennuyeux 
et vrai 
que de raconter ses phantasmes  érotiques 
de tous les jours.
J’écris :
Je comprends pas pourquoi 
tout le monde adore 
Céline et Proust.
Il faut que je les relise  
mais je suis trop vieux.
J’écris     
   
elle pensa 
avant on se parlait 
dans les trains dans les avions 
maintenant 
Les gens se parlent de moins en moins 
Ils tapent sur leur i Phone 
mais ne se parlent plus 
Pourquoi ne se parlent-ils plus ?
à moins que cela soit moi 
qui ne parle plus 
j’aime les regarder 
J’écris :
Mon rapport aux corps des femmes 
est confus.
J’en ai  envie sans en avoir envie.
Surtout pas trop de complications.
D’après Nicolas, 
dans les maisons de retraites,
des petits vieux, 
ça y va.
je lui demande 
Mais qu’est qui va ?
ils baisent ?
je ne te crois pas 
oui 
J’écris :
je prends  mon courage a deux mains 
je demande à la rousse de venir à la maison 
je lui explique 
Marguerite est chez sa soeur 
elle ne rentre que dans une heure 
tu vas descendre prendre une douche 
te mettre au lit dans le grand  lit 
quand Marguerite ira se coucher 
tu feras semblant de dormir
qui sait peut être que cela marchera ?
J’écris :
leur peau à toutes les deux seront douces
je m’arrangerai a placer l’i-pad derrière mon oreiller et pendant que j’essaye de les pénétrer 
l’une après l’autre je continuerai  à écrire 
J’ÈCRIS
J’ÈCRIS
Difficile d’écrire dans le lit :
bonjour lecteur 
mon roman 
est un échafaudage théorique 
Qui ne doit pas s’écrouler
Le problème est qu’il y a 30 
échafaudages qui s’enchevêtrent
Je n’arrive pas à les réfléchir tous ensemble
J’écris :
bonjour lecteur 
La fin ne correspond à rien 
Qui est Ben ?
que veut-il ?
pourquoi écrit-il ?
pour bander ?  il bande 
la femme qui pleure dans le lit à côté de lui 
est triste 
il est triste en la voyant triste 
J’écris :
De quoi ont-ils peur ?
de moi ?
de ce que je vais écrire ?
que l’engrenage est en marche  
que l’immortalité est dans 
le synapse des synapses 
Multicartes 
en contact  permanent avec l’eau 
c’est-à-dire la vie 
c’est-à-dire 
qu’il n’y a ni marche arrière ni marche avant
non ce n’est pas non plus
de l’imagination 
  
J’écris :
Il y aurait mon cercueil au milieu de la salle 
et des femmes seront autour  à faire la cuisine 
se racontant des souvenirs  – 
en discutant de la place à prendre 
pour placer les plats et assiettes pour  manger
sur mon cercueil 
Ouf !
FIN DE LA PREMIERE PARTIE 
J’attire les ratés 
les aigris et les bipolaires 
je leur offre souvent à boire 
je me sens bien avec eux 
J’écris :
J’ÈCRIS
Il faut encore que je trouve le pitch 
le scénario 
qui accroche 
je vais faire mourir mon héros 
dans la salle de bain
J’ÈCRIS
Aux toilettes je théorise 
mon cerveau est rempli de synapses
mon roman 
est rentré dans les synapses 
de l’univers de fondation 5 d’Assimov 
il faut tout démêler 
c’est facile et pas facile à la fois 
J’ÈCRIS
Peut être que le dépressif ça marche,
le chanteur Jean Luc le Ténia,
s’est suicidé 
il faisait exprès?
il chantait qu’il allait se suicider 
un piège pour vendre des disques, 
mais il s’est vraiment suicidé
J’ÈCRIS
 
Désolé je ne réponds plus aux femmes qui m’écrivent qu’au lit avec elles 
et dire que les pauvres ne savent
pas que 
j’ai sur moi un rein 
pris à un soldat 
J’étais dans le camp des prisonniers 
on dormait tous ensemble femmes, hommes, vieux, jeunes
on se tenait chaud 
J’ÈCRIS
Comment faire pour que  mon roman soit
la suite de Fondation d’Assimov ?
je suis vraiment désolé mais j’ai 
l’impression de chercher 
mais ils ont numérisé 
mon corps avec une imprimante 8 dimensions
J’ÈCRIS
J’ÈCRIS
n’importe quoi 
Je n’ai pas l’esprit clair
Pour 2017 il faudrait reprendre 
tous les dossiers en cours
Voir où ça en est
faire le point
mais par où commencer ?
J’ÈCRIS
J’écris :
bonjour lecteur 
mon roman 
vous pouvez en recevoir
1 exemplaire signé pour 100 euros 
c’est tiré pour le moment à 
40 exemplaires chez Pixart 
J’écris :
Arrête d’écrire ben 
Abandonne ton roman 
chante le blues  
tu es fait pour le blues 
J’écris :